4.5 sur 5

Comment créer des nouvelles souches de cannabis ?

[rt_reading_time postfix="minutes" postfix_singular="minute"]

Comment créer des nouvelles souches de cannabis ? Les cultivateurs amateurs se sont déjà demandés ce qu’est un croisement de telle et telle souche, ce qu’est un hybride ou un rétrocroisement, ou ce qu’est une souche mère. Tout cela est lié à la sélection des plantes.

En bref, c’est la sélection d’une plante mâle et femelle pour combiner ou affiner la génétique de deux plantes ou souches. En effet, le croisement de deux souches différentes donne souvent naissance à une nouvelle souche, ou hybride.

Les sélectionneurs de cannabis procèdent généralement à des croisements pour purifier et ainsi renforcer des souches. Mais aussi pour combiner des traits de souche ou améliorer des caractéristiques spécifiques. Telles que des rendements plus élevés, des arômes spécifiques, la puissance et bien d’autres choses encore.

Ainsi, la sélection des plantes est un processus fondamental de la culture du cannabis. La sélection est également très technique. elle se fait généralement à l’échelle commerciale et a permis d’enrichir le monde du cannabis de nouvelles variétés de cannabis.

Ces nouvelles lignées génétiques, à dominance sativa ou indica, disposent de profils aromatiques, de taux de THC ou de CBD différents. Lorsqu’une d’entre-elles sort du lot, elle peut se retrouver à la Cannabis Cup où nombre de variétés de cannabis s’affrontent.

Première étape : la reproduction

comment crée-t-on les nouvelles souches de cannabis

Pour créer des nouvelles souches de cannabis, il faut déjà commencer par le début, à savoir la reproduction. Les plants de cannabis peuvent être soit mâles, soit femelles.

Les consommateurs de cannabis s’intéressent principalement aux plantes femelles et à leur teneur en cbd ou en thc. Seules les femelles produisent les bourgeons collants (têtes de weed) mais les plants de cannabis mâles sont importants pour le processus de reproduction. Ils sont nécessaires pour polliniser les femelles qui produisent des têtes.

Prenons l’exemple de la variété Super Lemon Haze. C’est un hybride (ou un “croisement”) de Super Silver Haze et de Lemon Skunk – ce sont les souches parentes. Le cultivateur, qui aimait certains attributs de la Super Silver Haze et d’autres de la Lemon Skunk, a décidé de combiner les deux.

Ainsi, pour ce faire, vous avez besoin d’un mâle d’une souche pour polliniser une femelle de l’autre. Une fois pollinisée, la femelle produit des graines. Ces graines exprimeront les gènes de la plante mâle et de la plante femelle. Ces graines seront récoltées et cultivées séparément.

Félicitations : vous avez créé un hybride !

Pour débuter, si vous n’avez encore fait pousser aucune variété de cannabis, vous pourrez vous fournir dans une banque de graines en ligne. Attention toutefois à la réglementation en vigueur de votre pays de résidence qui autorise ou non la culture de cannabis à domicile. Si c’est le cas, la teneur en THC devra respecter la législation.

Comment savoir s’il faut choisir un mâle ou une femelle de chaque souche que l’on croise ?

Dans le cannabis, les traits de la femelle se transmettent aux les graines plus que ceux du mâle. Cela dit, les caractéristiques du mâle sont souvent évidentes pour le cultivateur averti. Il faut donc absolument choisir un mâle qui complétera les caractéristiques de la femelle. Tant de choses sont possibles avec des stratégies de sélection élaborées.

La sélection de votre nouvelle souche de cannabis

comment crée-t-on les nouvelles souches de cannabis

Prenons deux souches parentales pour la reproduction. Un mâle et plusieurs femelles sont placés dans une chambre de reproduction pour contenir le pollen. Une chambre de reproduction peut être aussi simple qu’un environnement fermé avec des feuilles de plastique sur les côtés. Mais aussi un environnement stérile spécialement conçu pour la reproduction à grande échelle.

Un seul plant mâle peut polliniser des dizaines de femelles. C’est toujours mieux de n’avoir qu’un seul mâle, génétiquement parlant, par pollinisation. Ainsi, un mâle en bonne santé peut polliniser jusqu’à 20 femelles. Et par polliniser, nous voulons dire couvrir absolument la plante de graines.

Il s’agit d’une reproduction intentionnelle. Tout cultivateur qui a accidentellement cultivé un mâle et pollinisé une culture sait qu’un mâle peut facilement polliniser des centaines de femelles. Et ainsi remplir toute votre culture de graines.

Une fois dans la chambre de reproduction, vous pouvez faire pousser les plantes de manière végétative pendant quelques semaines pour les faire grossir. Cependant ce n’est pas nécessaire. Mettez-les dans un cycle lumineux de floraison : 12 heures de lumière, 12 heures d’obscurité.

Ainsi, le mâle mature produira des sacs de pollen au cours des deux premières semaines de sa phase de floraison. Le pollen se libère des sacs, se déplace dans l’air et se pose sur les plantes femelles, les pollinisant. Cependant, il est important d’avoir une chambre de reproduction fermée pour contenir le pollen et empêcher le pollen extérieur de pénétrer.

Vous pouvez également contribuer à la pollinisation en secouant le pollen du mâle sur les femelles. Ou en recueillant le pollen du mâle et en l’appliquant directement sur les femelles. Ces plantes femelles continueront à croître et à fleurir. Cela leur permettra de produire des graines (ainsi que des bourgeons).

Ces graines exprimeront la génétique de la plante mâle et de la plante femelle.

Lorsque les graines sont matures, elles sont récoltées et stratifiées (ou séchées). Le processus secondaire de maturation se produit après la mort de la plante. La graine doit être stratifiée avant de pouvoir germer. En général, la récolte pour la fleur a lieu trois à quatre semaines avant la récolte pour les graines.

Ces graines, désormais un hybride des deux souches parentales, seront cultivées seules en dehors de l’environnement de reproduction. Voilà comment on crée les nouvelles souches de cannabis.

Les phénotypes

Nous avons commencé à répondre à “comment créer des nouvelles souches de cannabis ?”. Mais le processus ne s’arrête pas là. La souche hybride est probablement passée par de nombreux cycles, ou générations, de reproduction pour renforcer ses gènes. Ainsi elle s’assure que ses descendants seront sains et réguliers.

Si vous avez des frères et sœurs, vous avez certainement remarqué avoir des attributs physiques différents de ceux de vos parents. Chaque graine créée à partir d’un cycle de pollinisation croisée aura des attributs différents de ses souches parentes.

En effet, vous avez peut-être les yeux de votre père et les cheveux de votre mère mais votre sœur a les yeux et les cheveux de votre mère. Pour le cannabis c’est la même chose, chaque graine de cannabis est unique. Elle exprimera différents traits, et différentes combinaisons de traits, provenant de l’une ou des deux souches parentales. Ces graines aux expressions diverses sont appelées phénotypes.

L’homozygotie garantit qu’une plante produira toujours les mêmes graines avec la même composition génétique, encore et encore. Une plante qui produit un ensemble de phénotypes très variés est dite hétérozygote.

Avec le cannabis, vous voulez généralement des graines homozygotes, c’est-à-dire des graines qui ont le même ensemble de gènes. L’homozygotie garantit qu’une plante produira toujours les mêmes graines avec la même composition génétique. Cela garantit que les acheteurs et les consommateurs obtiendront toujours la même plante ou graine.

Après le croisement d’une souche, le sélectionneur doit choisir le phénotype de la nouvelle souche qu’il préfère. Pour les cultivateurs à grande échelle par exemple, il s’agit de choisir le meilleur phénotype pour la production de masse.

Revenons à l’exemple de la Super Lemon Haze. Cette variété emprunte à la Super Silver Haze une grande partie de sa structure, de sa production de trichomes et de résine, et de son apparence générale. Mais elle tire ses saveurs et ses arômes de la Lemon Skunk.

La Lemon Skunk a également tendance à pousser très haut et à avoir des têtes lâches. Cependant, la Super Silver Haze est plus petite et a des têtes plus denses. En sélectionnant des phénotypes spécifiques, un sélectionneur peut en choisir un qui possède les attributs qu’il souhaite conserver. Dans ce cas, un phénotype qui a la structure et la densité des têtes de la Super Silver Haze et les saveurs et arômes de la Lemon Skunk.

Il est très probable qu’il y ait eu des phénotypes précoces de la Super Lemon Haze qui ont poussé en hauteur et de manière lâche comme la Lemon Skunk, ou qui avaient un goût plus proche de la Super Silver Haze. Mais le sélectionneur a écarté ces phénotypes. Il a continué à cultiver ceux qui ont les attributs de ce que nous connaissons aujourd’hui comme la Super Lemon Haze.

Le rétrocroisement

comment crée-t-on les nouvelles souches de cannabis

Une sélection de haute qualité ne s’arrête pas là. Une fois qu’un sélectionneur a croisé une souche, qu’il a réduit le nombre de phénotypes et qu’il a finalement trouvé le bon, il va généralement rétro croiser cette souche pour renforcer sa génétique.

Le rétrocroisement est une pratique par laquelle un éleveur croise la nouvelle souche avec lui-même ou avec un parent, ce qui revient à faire de la consanguinité avec la souche. Cela rend la souche plus homozygote, renforce sa génétique et ses caractéristiques souhaitables, et garantit également que ces gènes continuent à se transmettre de génération en génération.

Les hybrides que vous achetez sont passés par des mois, voire des années de culture, de croisements et de rétrocroisements, ainsi que par un processus de sélection pour choisir le meilleur phénotype de cette variété.

La sélection est une question de temps et de patience. Pour être sélectionneur, il faut être prêt à accepter le fait que la progéniture ne sera pas uniforme, qu’il y aura beaucoup de vilains petits canards dans la chasse à la poule aux œufs d’or. Il faut du temps pour produire des semences qui reflèteront réellement la poule aux œufs d’or, et pour y parvenir il faudra plus qu’un simple croisement unique.

Même après avoir trouvé votre poule aux œufs d’or, attendez-vous à devoir effectuer un grand nombre de rétrocroisements stabilisants pour la reproduire sous forme de semences.”

Walter Green.

Partage mes recherches sur

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Pour en apprendre un peu plus :

Le cbd et l'endométriose

Le CBD et l’endométriose

Le CBD a t-il un effet sur l’endométriose ? Lorsque la douleur de l’endométriose se manifeste, on a l’impression qu’un fil barbelé s’enroule autour de

  • Aucun article dans le panier.
Chargement...
10% de remise

Sur votre commande

Recevez votre code promo en vous inscrivant
dès-maintenant à la Newsletter Walter Green